Skol'Art 33

L'art-thérapie-poïétique

L'art-thérapie-poïétique
Autant d'art-thérapeutes, autant d'art-thérapies...
De même, autant de formations en art-thérapie, autant d’orientations différentes de l’art-thérapie.

Si l’art-thérapeute était une balance, l’art et la thérapie en formeraient les deux plateaux alors que le professionnel en serait le pivot central, à la fois maître du balancier et régulateur du flux vivant et constant à maintenir entre les deux plateaux.

Il n’existe pas deux balances identiques : chaque art-thérapeute, en fonction de son parcours et de sa nature, exerce l’art-thérapie en accordant inconsciemment plus ou moins de poids à l’un ou à l’autre de ces deux plateaux.

En réalité, chacun est plus ou moins artiste dans l’âme ou thérapeute dans l’âme et ce, avant même de s’inscrire en formation.
La formation d'art-thérapeute ne changera pas fondamentalement cela.
Cependant, il existe une donnée qui tempère les deux profils et évite de figer durablement les plateaux d'un côté ou de l'autre : la reconnaissance et l'adoption de la poïétique.

En portant son attention sur le processus de création lui-même, sur le lien qui se noue entre le Sujet et son objet, lien vivant et organique qui s'approfondit et mute tout au long de l'acte créateur, l'art-thérapeute trop thérapeute se voit obligé de désengager la trop grande attention qu'il accorde au Sujet pendant que l'art-thérapeute trop artiste se trouve, de son côté, contraint de désengager sa  fascination pour l'objet créé dans lequel il tend à chercher des réponses, se laissant abuser par l'arbre qui cache la forêt.
L'attention portée à la poïétique oblige chacun à sortir de sa zone de confort afin d'embrasser les deux matières de la pratique art-thérapeutique.

Et si le trait d'union entre les deux termes - art et thérapie - qui se cherche depuis vingt ans tout en faisant couler beaucoup d'encre - trouvait enfin un port du côté de la poïétique ?

Peut-être devrions-nous créer le mot l'art-thérapie-poïétique ?
En ajoutant ce troisième terme à la pratique, nous supprimerions la dualité Sujet-Objet tout en donnant au Sujet une réelle chance d'apprendre à se connaître et à s'approfondir à travers ses objets en création.

En poïétique, ce que je crée me crée dans un même élan mais pour que cela soit, un certain nombre de conditions doivent être réunies.
Au fond, ce que nous devons incarner en tant qu'art-thérapeute n'est pas l'art ni la thérapie, mais l'aptitude poïétique.
Or, celle-ci exige d'apprendre à dialoguer avec les voix énigmatiques de l'inconscient et de l'Être en soi : tout un art ! Pour ne pas dire l'art majeur.

A SkoL'Art33, nous nous attachons à développer en chacun l'aptitude poïétique car nous pensons qu'une oeuvre non chargée du souffle poïétique est une oeuvre privée de sens, de corporéité, donc de Sens.

Véronique ASVISIO
Poïéticarde convaincue.

Un autre article, plus détaillé, prolonge celui-ci.
Il permettra au lecteur de mieux appréhender cette notion.
Article du 29 mai 2020 :
Profondeur et poïétique - L'éthique poïétique en art-thérapie



Tous droits réservés.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation expresse de l'auteur.

 

 

Haut de page