Skol'Art 33

La plus vieille grotte du monde

La plus vieille grotte du monde
Imaginez que votre crâne soit la plus vieille grotte du monde...

« Imaginez que votre crâne soit la plus vieille grotte du monde.
Imaginez que ses parois soient tapissées de fresques recelant l’histoire de l’humanité.
Imaginez qu’entremêlé à cette Grande Histoire, se trouve le fil de votre propre histoire.
Imaginez que vous puissiez, par la grâce de vos sens et de votre intuition, vous souvenir.
Imaginez que, de ces souvenirs, naissent des objets, des mouvements, des poèmes.
Auriez-vous assez d'une vie pour explorer cette richesse immémoriale ? ».
Véronique ASVISIO

« Tel est l’intérêt majeur de l’art-thérapie : dénouer le mystère des fresques ensevelies et les laisser me raconter QUI JE SUIS derrière les masques que je donne à voir.

On peut me prêter une lanterne, un piolet, une carte d’orientation, mais c’est à moi seule qu’incombe la tâche de descendre dans la grotte et de ramener ces fresques à la Lumière.

Comment ?

Tout d’abord, m’assoir dans la grotte et prendre le temps d’observer, d’écouter, de sentir, de ressentir.
Puis laisser la Grande Fresque me parler. Elle a tant à raconter !
Surtout : ne rien précipiter, ne rien vouloir, ne rien saisir !
Bas les pattes pour mieux laisser venir...
Laisser venir jusqu’à ce qu’un objet, un personnage, une sensation, une couleur, un fragment, une odeur, une émotion, une idée, se détache de la paroi et vienne naturellement à moi, comme un enfant vient à sa mère.

Laisser venir jusqu’à ce que naisse spontanément, sous la pulpe de mes doigts, le désir de graver, à mon tour, une trace parmi les traces.



Visibles ou invisibles, intérieures ou extérieures, secrètes ou exposées, présentes ou passées, mes traces racontent mon histoire dans ce qu’elle a de plus sublime et de plus ridicule.

Par l’art-thérapie, je vous invite à oser vos traces - des plus ridicules aux plus sublimes - et à leur accorder toute l’attention qu’elles méritent afin de, toujours et en toutes circonstances, savoir les apprécier autant que les relativiser.
Je vous souhaite d'enlacer vos propres traces à celles de la grande fresque de l'Histoire.


Véronique ASVISIO
Formatrice en art-thérapie à SkoL'Art33
Qui suis-je ?

Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l’autorisation de l’auteur.

Rendons à César ce qui appartient à César : la phrase ayant inspiré ce texte est la suivante :
« Nous sommes tous porteurs de vies et de légendes : sait-on jamais ce que peuvent être les fresques invisibles sur les parois secrètes de notre crâne ? » - W. Goyen.

C’est en suivant cette trace que ce texte est né.

 

Haut de page